Fumaria officinalis



Un peu d'histoire : Fumaria était déjà connu dans l'Antiquité comme un régulateur des voies biliaires. Dioscorides et Galen ont apprécié ses propriétés bénéfiques pour la purification du sang et ont prescrit Kapnion (Gr. = Smoking) pour les maladies du foie, la jaunisse et la dermatite.

Dans les années 1500, il s'appelait Fumus Terrae car il était censé avoir été généré par les émanations de vapeur émises par le sol qui, après la pluie, se consolidant, prirent l'apparence de plantes. Cette tradition a également été maintenue à l'étranger: en Amérique du Nord, en effet, on pensait qu'elle n'était pas née d'une graine mais était une émanation de la terre, et le nom Fume Root décrit la manière dont le feuillage vert bleuâtre s'élargit sur un sol similaire. à un nuage de fumée.

Au milieu du dix-septième siècle, le médecin herboriste Culperer, se référant à Dioscorides, se concentre sur les effets bénéfiques de Fumaria sur la vision, pris sous forme de jus de fruits frais, en insistant sur un lien (peut-être ignoré!) Avec la médecine traditionnelle chinoise (rappelez-vous la corrélation foie-vue). Mattioli, en 1885, le considérait comme le phytocomplexe spécifique des affections abdominales. Selon la tradition populaire, le Fumaria assure une longue vie, aux côtés des cendres et des angéliques. Leclerc, vers la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, le recommanda à de nombreux sujets qui abusent des plaisirs de la table.

Des études plus récentes ont confirmé l'action antispasmodique du sphincter d'Oddi à action antalgique constante et biliaire ( Roux et Coli ., 1973) et l' utilité des manifestations hépatodigestives de l'enfance ( J. Torlet, 1976).

Actuellement, en Allemagne, Fumaria officinalis est approuvé pour l’indication: " coliques touchant la vésicule biliaire et les voies biliaires, ainsi que le tractus gastro-intestinal ". Il ne faut toutefois pas négliger l'usage traditionnel du Fumaria pour des affections dermatologiques telles que la croûte laiteuse, l'eczéma, la gale. "[...] Le bon usage du médicament populaire utilisé par la plante dans le traitement de diverses dermatoses pourrait être justifié par l'action purificatrice du Fumaria et par la présence de l'acide fumarique qui apparaît, en tant que substance synthétique dans certains médicaments traitement du psoriasis ( Della Loggia R., op. cit., p. 215) " .

Botanique: Fumaria appartient à la famille des Fumariaceae, de l'ordre botanique des Ranunculales, parfois considérée comme une sous-famille des Papaveraceae (Fumarioideae). Plus de 500 espèces y appartiennent, divisées en 16 genres, dont Adlumia Raf. ex-DC., Corydalis DC., Dicentra Bernh. et Fumaria L.

C'est une plante herbacée annuelle à racine pivotante blanc jaunâtre; tiges ramifiées, rampantes, glabres, érigées pour une hauteur maximale de 30 à 40 cm, délicate couleur verdâtre souvent avec des nuances violacées. Les feuilles sont pétiolées, profondément divisées en segments, alternes, minces, glauques, glabres, de couleur brun-vert. Les fleurs sont rassemblées dans des inflorescences racémeuses terminales, opposées aux feuilles et portant plus de 20 à 30 fleurs rose pourpre foncé à l'apex. Ceux-ci ont un seul plan de symétrie et ont quatre pétales, dont deux sont plus oblongs internes et soudés ensemble au sommet, le supérieur externe est équipé d'un éperon à l'arrière et le inférieur est simple. Le calice ovale est composé de deux sépales, dentés, qui tombent rapidement, plus étroits que la corolle; deux étamines; le stylet avec deux stigmates latéraux se termine par une petite excroissance. Les fruits sont des akènes arrondis, légèrement aplatis à l'apex, avec une surface verte et ridée produisant une seule graine.

Habitat: originaire d’Asie et d’Europe, il est présent sur l’ensemble du territoire, prés, champs, routes, dans les plaines et sur les collines, en particulier dans les zones cultivées, où il est considéré comme une mauvaise herbe. Altitude de zéro à 1600 mètres d'altitude.

Fumer.

Parties utiles: les parties aériennes et les sommités fleuries sont utilisées à des fins thérapeutiques.

Principes actifs : Alcaloïdes du groupe de la berbérine et de la protropine: Fumarine, Fumoficinaline, Fumarosine, Stilopine, Sinactine, N-méthylsinactine, Coridamine, Coptisine, Fumariline, Fumarophine, Sanguinarine, Aurotensine, Bulgoptine, Légerine ils ont en général une action anti-histaminique, anti-plaquettaire et sudorifère efficace) Acides phénoliques : Acide phénylique, Acide protocolaire, Acide caféique, Acide chlorogénique. Acides aliphatiques : acide fumarique, acide citrique, acide glycolique, acide malique, acide succinique (régularise le métabolisme hépatique.). Flavonoïdes : Rutine, Isoquercétine, Campferolo (excellente action antispastique biliaire et diurétique, ainsi que légèrement sédatif). Aussi : Mucilages, sels de potassium, hexacosanol, substances amères.

Propriétés cicatrisantes: drainant et purifiant, cholérétique, cholagogue, antispasmodique, hypotenseur, légèrement diurétique et laxatif, régulateur du flux biliaire, sudorifère, anti-eczémateux, antisérononinien, anti-migraineux, anti-inflammatoire, anti-arythmique (négatif batmotropique).

Selon Leclerc, son action dépend des doses et de la durée du traitement: elle aurait une action tonique au début, puis hyposténisante et antiplétorique. Au cours des huit premiers jours, il a noté une augmentation des globules rouges, puis une diminution.

Indications thérapeutiques: maladies dermatologiques (acné, eczéma, séborrhée, pityriasis, dermatite, dermatoses allergiques, psoriasis); obésité, constipation, lourdeur postprandiale, météorisme, rétention d'eau, spasmes gastriques et biliaires, dyskinésie biliaire, ictère de rétention, cholangite, hypercholestérolémie, hyperlipidémie, hyperuricémie; insuffisance hépatique légère à modérée, congestion hépatique, drainage hépato-biliaire, nausée, vertiges, lourdeur, douleurs dans l'hypochondre droit, maux de tête hépatiques, asthénie en cas d'hépatite et anorexie chez cirrhotique (en régime de repos et d'alimentation non toxique); maux de tête associés à des troubles digestifs ou précédés de difficultés digestives; troubles dyspeptiques d'abus de nourriture; tendance à la pléthore avec érythrocytose et hyperviscosité sanguine; hypertension artérielle, tachycardie nerveuse, artériosclérose, thrombophilie; sécheresse de la bouche pendant le traitement par antidépresseurs et neurolétiques; anxiété, excitation, insomnie. Chez les personnes âgées, il s'agit d'une polymédication (Lagrange E., 2001) en cas d'insuffisance digestive générale, due à une faible sécrétion enzymatique, à un manque d'appétit, à une lithiase non résécable et, à titre préventif, pour lutter contre l'artériosclérose lors d'une utilisation prolongée.

Contre-indications et effets secondaires : l'abus peut causer de la somnolence, une augmentation de la pression intraoculaire et de l'œdème, de l'excitation et des convulsions, de la diarrhée. Il n'est pas recommandé chez les sujets atteints de glaucome, pendant la grossesse et l'allaitement; dans la gastroduodénite, en tant que phytocomplexe amer; pour la teneur en alcaloïdes, nous recommandons des cycles de traitement courts (hypotension artérielle). Interactions possibles avec les sédatifs et l'hypotenseur pour la somme des effets. Cependant, aux doses thérapeutiques, il est bien toléré.

Synergies : avec Cynara scolymus et Taraxacum officinalis pour le drainage hépato-rénal.

Applications :

  • Teinture-mère 40 gouttes 1 à 3 fois par jour
  • Extrait fluide 10-15 gouttes 3 fois par jour
  • Extrait sec 1 capsule (250 mg) 3 fois par jour
  • Infusion de: racines Actium I., Taraxacum ou. racines, Borago o. fleurs, Plantago ou. feuilles, Fumaria ou. sommités fleuries, ap - pour le traitement de l'acné;
  • Infusion de: Fumaria ou. sommités fleuries, Taraxacum ou. plante entière, Silybum m. feuilles et racines, Achillea m. sommités fleuries, Orthosiphon s. feuilles et dessus, ap - pour les cholécystopathies;
  • Infusion de: Crataegus ou. feuilles et fleurs, Fraxinus e. feuilles, Melilotus o. sommités fleuries, Fumaria ou. sommités fleuries, Olea e. feuilles, hypertension artérielle;
  • Infusion de: Fraxinus e. feuilles, Orthosiphon s. feuilles, Fumaria ou. sommités fleuries, Tilia e., ap - iperuricemia;
  • Infusion de: Fumaria off. sommités fleuries - constipation légère, mucosités et affaissement;
  • La plante entière enveloppe les lésions - pour les dermatoses.

(extrait de: Mémoire de maîtrise en phytothérapie et herboristerie "Approche holistique des intolérances alimentaires" - candidat Giuseppe Annunziata) Bibliographie - C. Di Stanislao, O. Iommelli, L. Giannelli, G. Lauro - "Phytothérapie comparée" - Massa Editore

- "Encyclopédie de Phytothérapie" - Ed. Riza

- "Des herbes bonnes pour la santé" - Ed. Giunti Demetra

- "Guide de médecine naturelle" - Sélection Ed.

- C. Monti - “Herbes aromatiques et épices. Cuisine, santé et beauté "- Ed. Xenia

- "Nature & Santé" - Ed. De Agostini

- "Mes fleurs et mes plantes" - Alberto Peruzzo Publisher

Giuseppe Annunziata

Article Précédent

Rate, troubles et remèdes naturels

Rate, troubles et remèdes naturels

La rate est un organe du système lymphatique situé dans l'abdomen, à gauche de la colonne vertébrale. Indispensable pour diverses fonctions du corps, il peut être affecté par certaines maladies telles que la mononucléose ou la toxoplasmose. Voyons comment le guérir et le garder en bonne santé. > De...

Article Suivant

Le 17 février est la Journée internationale des chats

Le 17 février est la Journée internationale des chats

17 février, le jour de votre miao Italienne de naissance, mais également présente dans d’autres pays et à d’autres dates, la fête du chat est célébrée sur la péninsule le 17 février depuis 27 ans. Février est le mois des chats et des sorcières et quel meilleur chiffre que 17 pour relier l'événement à la magie et à l'habileté? Les chats poilus vi...